Ken Georgetti

Président

La carrière de Ken Georgetti l’a mené d’un poste de tuyauteur à celui de président du Congrès du travail du Canada et de la situation de personne accusée de conspiration séditieuse pour avoir dirigé une grève générale à celle de récipiendaire de l’Ordre de la Colombie-Britannique et de l’Ordre du Canada pour les services qu’il a rendus à sa province et à son pays.

Ken Georgetti est la personne ayant occupé le plus longtemps la présidence du CTC depuis la création de celui-ci en 1956. Sous la direction de Ken, le nombre des membres du CTC a augmenté de 750 000, atteignant 3,3 millions de travailleuses et travailleurs syndiqués.

À sa première élection en mai 1999, il devenait, à l’âge de 46 ans, le président le plus jeune qu’a eu le CTC. Ken vient d’une famille de militants syndicaux de Trail, en Colombie-Britannique.

Ken a aidé à moderniser le CTC et à voir à ce que le mouvement syndical soit plus représentatif de la main-d’œuvre en incessante évolution.

Les réalisations de Ken au CTC comprennent celles :

  • d’avoir fait adopter la « loi Westray » qui tient les cadres de direction des entreprises criminellement responsables de toute négligence causant des décès au travail, par suite de la mort de 26 personnes en raison d’une explosion de méthane survenue en 1992 à la mine Westray en Nouvelle-Écosse;
  • d’avoir fait adopter une loi fédérale protégeant les travailleurs et les travailleuses dont l’employeur fait faillite afin que leurs créances ayant trait aux salaires et aux cotisations aux régimes de retraite passent avant toute autre et, ce qui est tout aussi important, qu’aucun juge siégeant en faillite ne puisse unilatéralement modifier une convention collective en vigueur;
  • d’avoir accru l’efficacité de l’action politique du mouvement syndical, ce qui a mené à l’élection de plus de 1 200 candidates ou candidats jouissant de l’appui du mouvement syndical à des postes de maire, de conseiller municipal ou de commissaire d’école ces dernières années et permis aux candidates et candidats partageant les objectifs du mouvement syndical de réaliser des gains appréciables au cours des élections fédérales et provinciales;
  • d’avoir invité le mouvement syndical à adopter une position commune contre l’exportation de l’amiante reconnu mortel et à faire des pressions en vue de l’établissement d’un programme de transition équitable pour les travailleuses et les travailleurs du Canada affectés par l’élimination progressive de l’industrie de l’amiante.

Les contributions apportées par Ken au mouvement syndical et à la communauté lui ont mérité la Médaille du jubilé de la Reine Elizabeth II pour  services communautaires, la Médaille commémorative du 125e anniversaire de la Confédération du Canada en reconnaissance de l’importante contribution qu’il a apportée au Canada et la Médaille du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II (2012), qui rend hommage aux auteurs canadiens de contributions et de réalisations marquantes. En 2011, l’ABC Life Literacy Canada l’a nommé ambassadeur de l’alphabétisation pour la vie.